Decoration de mur interieur

L´aspect massif de cet appareillage n’est qu’apparence. En réalité, il est tout en finesse. Le montage est simple et le calepinage est dicté par l’emplacement de la fenêtre qui semble ainsi être prise dans une structure à colombage. De part et d’autre de la fenêtre, des voliges verticales évoquent ces colombages entre lesquels les plaquettes sont disposées alternativement en biais et en ligne droite. Le soubassement uni tempère le décor accentué par le mixage des coloris.

• Voliges en soubassement. Brutes de sciage (L 400 x larg. 12,5 cm, ép. 12 mm), les voliges habillent le soubassement des murs. Elles sont sciées à dimension, puis clouées sur d’autres voliges formant une ossature. Celles-ci sont collées directement sur les murs en direction opposée avec un mastic colle. Le chant des voliges apparentes est dissimulé par une planche douée horizontalement au-dessus dont le bord est lui-même habillé d’une cornière clouée.

• Briquettes en plaquette. En pierre reconstituée, les plaquettes de parement (L 210 x larg. 50 mm, ép. 11 mm) présentent une structure de surface irrégulière. Deux coloris sont panachés dans le décor (il existe d’autres nuances). Comme elles sont très légères, une fois appliquées sur la colle en pâte, étalée au mur avec un peigne cranté, elles ne glissent pas. On peut ainsi les orienter dans toutes les directions pour former les motifs sans contrainte de maintien.

• Finition adoucie. La tête des clous est chassée puis les grosses imperfections sont reprises à la pâte à bois. Les surfaces boisées sont poncées pour être adoucies avant d’être traitées avec 2 couches d’un vernis acrylique blanc à séchage rapide (« Haute Décoration » de V 33). La fenêtre s’accorde à l’ensemble après avoir reçu une couche de cire blanche à céruser (Libéron).