Maisons familiales et rurales

Les maisons tournent le dos au vent du nord.

Les maisons rurales opposent, de préférence, des murs quasi-aveugles au vent du nord, tournant leur façade principale à l’est ou au sud où l’ensoleillement quotidien est de moindre durée. L’habitat groupé a quelque peu brouillé ces principes, mais a conservé des murs épais qui protègent de la chaleur et induisent plusieurs sortes de volets. Ils sont en bois plein ou persienné, posés à fleur de mur ou bien en retrait, ce qui les rend plus faciles à manipuler, surtout s’ils sont pliants et en bois léger. Des jaunes, des gris pâles, des bleus clairs, des verts amande ou prairie colorent habituellement les menuiseries dans les plaines ou en bord de mer. La palette s’assombrit en remontant vers les causses, allant vers les tons bruns, plus ou moins calcinés, à l’image des murs dont les pierres restent le plus souvent à nu. Ils laissent apparaître les ressources de la géologie : grès, basalte, calcaire, ou bauxite au rouge profond au nord de Montpellier. La roche s’éclaircit bien un moment, du côté de Lunel, mais elle retrouve aussitôt un ocre soutenu en se rapprochant de Sommières. Les mas, par nature, restent isolés. Blocs allongés percés d’ouvertures régulières ou groupes compacts de bâtiments, ils se dissimulent derrière les micocouliers et d’autres arbres à feuillage caduc plantés au plus près pour apporter leur fraîcheur en été. L’habitation est souvent placée à l’étage, au-dessus de la bergerie. Elle est desservie par un escalier extérieur formant terrasse ou galerie. Ce qui a permis de reproduire facilement le modèle dans les zones viticoles en glissant les chais au rez-de-chaussée et en ajoutant des locaux selon les besoins, comme on peut le voir dans les grands domaines qui ont prospéré autour des villes. Néanmoins, les mas se méritent. Très recherchés, ils sont devenus chers, car il en reste peu à vendre, tandis que les constructions modernes prolifèrent à mesure que l’agriculture perd du terrain.

Nous avons demandé à des architectes de rajeun trois façades de l’Hérault. Voici leurs projets, simulés sur ordinateur pour anticipi le résultat des travaux. Ce sont des idées que vous pouvez adopter, si elles conviennent à votre région.

L’avant-toit projette une ombre dentée sur les vieilles façades qui puisent dans l’azur le bleu des volets.
Moulures, mascarons et ferronneries ouvragées : toute l’élégance du XVIIIe siècle dans les agglomérations viticoles.

Les règles du jeu.
• Les maisons que nous avons soumises à trois architecte de Paris et de Montpellier proviennent des fichiers d’agences immobilières. Nous ne pouvons cependant garantir leur disponibilité et leur prix de vente au mome de leur parution dans Art & Décoration. Situées au plus à 60 km de Montpellier, elles illustrent des types d’habita répandus dans la région, y compris les constructions modernes qui réclament un supplément de personnalité.
• Les rénovations préconisées concernent uniquement l’extérieur des bâtiments. Le coût que nous indiquons est approximatif et peut varier de 20 à 30 % au gré des entreprises.